Connexion des différentes bornes du contacteur.

Puissance versus commande :

Pour la connexion de chaque fil, chaque borne est repérée par un nombre ou une lettre (voir les deux !).

La règle impose qu’il y ai un seul chiffre pour les bornes de puissance et deux chiffres pour les bornes des contacts auxiliaires (ou bornes de commande). Pour les bornes auxilaires ou de commandes les repères sont en général A1 et A2.

La seconde règle pour les bornes de puissances est que les bornes du haut soient avec des chiffres impairs, et les bornes du bas avec des chiffres pairs.

enfin la troisième et dernière règle, porte sur les bornes des contacts auxiliaires (ou de commande). Les deux chiffre des deux bornes indiquent le type de contact. Si le chiffre des unités est : 1-2 on aura un contact dit normalement fermé NF ou plutôt NC (en anglais Normally Closed). Si le chiffre est 3-4 on aura un contact normalement ouvert NO pour le coup en anglais cela colle mieux , (Normally Opened), ensuite si on a 5-6 et/ou 7-8  les contacts sont dit spéciaux (cela peux être des contacts temporisés par exemple).

 1   3   5
 |   |   |
\   \   \
 |   |   |
 2   4   6



Signification des categories  AC1 et AC3 pour les contacteurs ?

Les catégories ou plutôt communément catégories d’emploi sont normalisées et fixent les valeurs ou seuil de courant que le contacteur doit/peut établir ou couper.

Ces catégories dépendent donc :

  • de la nature du récepteur à piloter : moteurs , résistances, selfs…
  • des conditions dans lesquelles s’effectuent les fermetures et ouvertures : démarrage à vide (pic de courant a prévoir), moteur lancé, inversion de sens de marche, freinage en contre courant.

Catégorie AC-1

Cette catégorie s’applique aux appareils qui utilisent du courant alternatif ,et dont le facteur de puissance est au moins égal 0.95 (cos phi supérieur ou égal à 0.95, c’est en général le cas de la pluspart des appareils)
Exemple d’appareil de puissance : charge résistive, chauffage, distribution, chauffe eau.

Catégorie AC-3

Cette catégorie est moins courante et concerne les moteurs dit à cage dont la coupure électrique est effectuée avec le moteur lancé.
Exemple d’utilisation : tous moteurs à cage courants, ascenseurs, escaliers roulants, compresseurs (donc dans les climatisations), pompes, climatiseurs, etc…

 

Exemple concret de ce que subit un contacteur

Prenons un contacteur en catégorie AC3 conçu pour alimenter des moteurs d’intensité nominale d’une vingtaines d’ampères.
Ce contacteur pourra supporter les pointes d’intensité au démarrage bien supérieur et cela sans être endommagé. Et bien supérieur c’est un bonne centaine d’ampères !!! Ceci est typiques des machines selfiques comme les moteurs, au moment du démarrage, d’ailleurs il faut prévoir des disjoncteurs de protection de type courbe D pour justement ne pas couper le circuit en cas de pic d’appel de courant au démarrage.

Ce même contacteur peut aussi alimenter des résistances chauffantes (chauffe eau, radiateur) pour une intensité pouvant aller jusqu’à 32A. En effet lorsque la charge est résistive, il n’y a pas de pointe de courant (au démarrage ou a l’allumage).

 

 

 

petite option de dernière minute : le contact auxiliaire

Il est aussi possible d’ajouter un ou des contacts auxiliaires en plus de celui intégré, via le montage d’un bloc additif. Ce bloc de commande peut etre sur une base de contacts NO (normalement ouvert, normaly open), ou de contact NC (normalement fermé, normaly close) ou encore temporisés.

On trouve en général une association de 2xNC + 2xNO par bloc additif ce qui permet selon le besoin de câbler l’un ou l’autre des types de contact.

Selon le modèle utilisé, on peut ajouter de un à plusieurs blocs additifs par contacteur (sur le dessus, et/ou sur les côtés).

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.